Origine et histoire du noeud papillon

Accessoire tendance pour certains, démodé pour d’autres, le nœud papillon reste un incontournable des placards masculins. L’histoire du noeud pap, pour les intimes, n’a pas toujours été de tout repos. Les origines du célèbre accessoire restent obscures pour de nombreux historiens. Il est, néanmoins, rapidement devenu l’apparat favori des élégants du 19ème siècle. Depuis, après une période difficile ou il était associé aux ringards, le nœud papillon a de nouveau le vent en poupe. Retour sur la fabuleuse histoire du nœud papillon.

Les origines controversées du nœud papillon

Pour commencer, qu’est-ce que l’on entend par nœud papillon ? Un nœud papillon est une courte bande de tissu qui, une fois nouée, rappelle la forme d’un papillon. Il existe différentes formes de nœuds papillons : à bouts plats ou à bouts pointus (forme qui rappelle le plus les ailes d'un papillon). Il peut également se nouer et s’attacher de différentes manières. Certains nœuds pap demandent de la dextérité et s’attachent soi-même, d’autres sont déjà pré-noués. Enfin, pour les plus paresseux du nœud papillon, il existe des nœuds à clip.

Relativement aux origines du nœud papillon, deux camps s’opposent. Ceux qui considèrent qu’il est apparu avant la cravate et ceux qui estiment qu’il a été inventé avant celle-ci. L’apparition de la cravate remonterait au 17ème siècle et plus précisément à la guerre de 30 ans (1618-1648). Ce n’était alors qu’un foulard de couleur porté à l’époque par les cavaliers croates. L’accessoire fait rapidement sensation dans la noblesse française. À tel point que les grands du royaume s’empressèrent d’arborer ces foulards colorés autour du cou. Or, pour certains historiens ces foulards n’avaient pas la forme de cravates mais s’apparentaient plutôt à… des nœuds papillons. En effet l’étoffe alors passée en boutonnière, servait à maintenir la chemise fermée des cavaliers croates.

Pour d’autres experts en la matière, le nœud papillon serait une combinaison du jabot, ornement de tissu s’attachant autour du cou et se portant sur la poitrine, et de la cravate. Successeur du jabot, le nœud papillon aurait alors été porté par l’aristocratie française lors des grandes occasions. Si aujourd’hui la couleur dominante du nœud papillon est le noir, il était alors porté majoritairement en blanc. Ce n’est que plus tard, au 18ème siècle, que les nœuds papillons de couleur ont fait leur apparition. Le noir reste cependant encore une couleur inhabituelle pour l’époque.

Le nœud papillon noir a fait son apparition grâce au couturier français Pierre Lorillard. Le couturier du 19ème siècle ainsi que les dandys de l’époque, ont contribué à la popularisation de cet accessoire.

La naissance du nœud papillon moderne

Le nœud papillon tel qu’on le connaît aujourd’hui, serait dû au couturier français Pierre Lorillard. En 1886, l’habilleur décide de porter lors d’un gala, non pas la traditionnelle queue-de-pie, mais une variante de celle-ci : le smoking. Il ne souhaite pas accompagner son costume d’une de ses cravates. Non, à la place il porte un nœud papillon noir. C’est ainsi que l’association du nœud papillon noir à la veste de costume, serait devenue tendance.

Pour ne pas changer, les experts du noeud pap ne sont pas tous d’accord sur l’attribution de la paternité du nœud papillon au couturier français. Pour certains, la création du nœud papillon doit être attribuée au célèbre dandy du 19ème siècle, Beau Brummel. Le dandy est un homme élégant qui se réclame du dandysme, courant de mode anglaise de la fin du 18ème siècle. Le style du dandy est reconnaissable entre mille : chapeau haut de forme, queue-de-pie, gants, canne. Ils arboraient également le plus souvent un foulard ou un jabot autour du cou. Le nœud papillon ne serait alors pas une variante des cravates, mais une nouvelle forme sophistiquée et complexe de nœud. Seul un dandy comme Beau Brummel, qui passait plusieurs heures par jour pour cultiver son look sophistiqué, aurait pu mettre au point un tel noeud. Synonyme de raffinement suprême et d’élégance, le nœud papillon est alors devenu l’accessoire incontournable de tout bon dandy qui se respecte.

L’apparition du terme « nœud papillon » pose également question. Tout laisse à penser qu’à l’époque le « nœud papillon » ne s’appelait pas ainsi. Ce serait suite à la représentation, en 1904, du célèbre opéra italien de Giacomo Puccini, Madame Butterfly, que ce nœud sophistiqué aurait pris le nom qu’on lui connaît aujourd’hui. Alors pourquoi cela me direz-vous ? Là encore plusieurs hypothèses sont avancées. Le chanteur principal de l’opéra Madame Butterfly portait à son cou un nœud court avec des boucles amples. L’appellation nœud papillon serait alors un hommage à cet apparat porté par le chanteur et qui fit sensation. L’autre hypothèse, serait que le succès de l’opéra fut tel, qu’on rebaptisa nœud papillon, le nœud porté par les élégants venus assister à la représentation.

Quoi qu’il en soit, ce ne serait pas grâce à sa forme de papillon, que le nœud aurait pris son nom. Ce serait suite au succès de la pièce de Puccini qui signifie littéralement Madame papillon.

Nœud papillon et smoking

L’association de la célèbre veste de costume et du nœud papillon (brodé par exemple) est indéniable. Si sa forme la plus proche et son association au nœud papillon est due à Pierre Lorillard, sa création est due aux anglais. Certains récits attribuent la création de la veste de costume au Prince de Galles de l’époque, Édouard VII. Ce serait en réalité l’invention de son ami, Lord Dupplin. Alors que celui-ci était invité sur le navire de la royal family dans les années 1860, il aurait demandé à son tailleur, Henry Poole, une veste plus informelle que d’usage. Il était en vacances après tout ! Son tailleur lui confectionne alors une veste de soirée plus courte qu’à l’accoutumée avec des revers en matière satin. Conquis par la veste de son ami, le Prince de Galles décide lui aussi d’adopter cette veste « décontractée » (pour l’époque) pour ses diners les moins formels à la résidence royale de Sandringham House.

La veste s’est rapidement exportée outre-atlantique. En 1886, le businessman américain James Brown Potter, alors en visite à Londres, est invité par le Prince à séjourner à Sandringham House. Il y découvre cette veste à l’esprit moderne et décontracté et en commande une chez Henry Poole. À son retour aux États-Unis, l’homme d’affaires assiste avec sa nouvelle veste à un bal d’automne organisé par le Tuxedo Park Country Club et le couturier français Lorillard. Durant la soirée, tous les membres du club n’ont fait que parler de la fameuse veste portée par Potter. C’est ainsi que la veste de smoking a pris également le nom de Tuxedo, en référence à cette soirée au country club. Lors de cette soirée, Lorillard aurait redécoupé la veste de James Brown Potter, lui donnant la forme la plus proche du tuxedo actuel. Et c’est suite à la découverte de cette veste, qu’il aurait imaginé le nœud papillon afin de parfaire le look du tuxedo.

Le nœud papillon en perte de vitesse

Vous l’aurez sans doute compris, le nœud papillon était LA tendance du moment au 19ème siècle et début 20ème. Il était alors l’accessoire favori des hommes d’affaires et des élégants. Il est également porté par des hommes politiques de renom tels que Winston Churchill ou Franklin D. Roosevelt. Symbole d’élégance, c’est également l’attribut fétiche du célèbre espion fictif James Bond. Tous ces personnages illustres ont contribué à l'image de marque du noeud papillon.

L’usage des nœuds papillons va néanmoins connaître un déclin suite à l’essor du port des cravates. Celles-ci sont alors considérées comme l’accessoire formel que tout cadre d’entreprise et homme d'affaires, doit porter. Au contraire, le nœud papillon est associé, non pas au monde de l’entreprise et des affaires, mais à certaines professions. Puisqu’il est noué autour du cou et qu’il ne tombe pas sur la poitrine, le nœud papillon est privilégié par les médecins, architectes et professionnels de la restauration. Lorsque l'on exerce des métiers ou l'on est amené à se pencher, il est préférable de ne pas avoir un bout de tissu qui pend sur sa poitrine. Alors qu’il était la norme, il devient progressivement l’exception en milieu professionnel. Il reste cependant le partenaire privilégié du tuxedo et donc l’accessoire fétiche pour les grandes occasions.

C’est néanmoins ce dernier usage qui va lui porter préjudice. Le nœud papillon est alors rapidement considéré comme coincé et ringard. Cette impression est renforcée par le port du nœud par des personnages comiques et décalés. C’est le cas notamment du célèbre duo comique des années 30, Laurel et Hardy. Laurel et Hardy font rire pour leurs pitreries et portent un nœud papillon, il devient alors l’accessoire du ridicule. Beaucoup plus tard, dans les années 80, le personnage phare de la sitcom américaine Family Matters, Steve Urkel, porte également le nœud papillon. Ado geek et boutonneux par excellence, le personnage de Steve Urkel contribue à rendre le port du nœud papillon ringard. On est très loin du personnage de James Bond. C’est le coup de grâce pour le noeud pap.

Le retour en force du nœud papillon

Vous pensiez le nœud papillon définitivement enterré ? Détrompez-vous ! Les années 2000 marquent le retour de l’accessoire phare des dandys du 19ème siècle : le nœud papillon. Puisque la mode est un éternel recommencement, certains créateurs, comme le créateur français Alexis Mabille, ont remis le nœud papillon sur le devant de la scène. Aves Alexis Mabille, mais également Dolce & Gabbana, Sonia Rykiel ou Alber Elbaz pour Lanvin, le nœud papillon n’est plus réservé qu’aux soirées de gala. Il devient un accessoire tendance et décontracté.

Il est également adopté par les femmes qui l’utilisent pour accessoiriser leurs tenues. C’est alors la grande tendance du look dit preppy. À la fois chic et décontracté, le look preppy a notamment été mis à l’honneur dans les collections des créateurs Ralph Lauren ou Tommy Hilfiger. Chez les hommes, le pantalon chino, la chemise oxford et le nœud papillon sont alors de mise.

C’est néanmoins avec la tendance hipster, la tendance du moment, que le nœud papillon signe son grand retour. Le hipster c’est un peu le dandy moderne, il soigne son look et se croit plus stylé que la moyenne. Alors comme le dandy, il adopte le noeud papillon, coloré de préférence, qu'il accessoirise à ses chemises à carreaux.

A contrario, le port des cravates, notamment dans le milieu professionnel, diminue. Le noeud papillon, quant à lui, conserve à la fois sa place d'accessoire de mode mais également d'apparat fétiche lors des grandes occasions. Si le nœud papillon noir reste l’accessoire incontournable des galas, il se dispute la vedette avec les cravates pour les cérémonies de mariage. Néanmoins, de plus en plus d’hommes suivent la tendance et décident de porter un nœud papillon pour leur mariage.

Fidèle allié des cérémonies en tout genre et accessoire tendance, le nœud papillon a encore de beaux jours devant lui.